Red Universe: T1 Chapitre 15 Episode 07

Évènement du mois : mise à jour des livres Red Universe sur toutes vos plate-formes préférées 🙂  Chapitre IV et Chapitre IV Spécial (mini-série).
Rendez-vous dans la section consacrĂ©e pour en savoir plus et soutenez-nous ou faites un don Ă  l’Ă©quipe 🙂

TĂ©lĂ©charger l’Ă©pisode Mp3⎮⎮S’abonner

Sur Tb-01, la gĂ©ante gazeuse au cĹ“ur de la nĂ©buleuse de Talbot, le centre culturel et financier des Triades Souriantes et du Lithium, Ralato vivait un moment assez dĂ©concertant. Il se posait une question qui ne lui Ă©tait encore jamais passĂ©e par la tĂŞte : mais quel fonctionnaire stupide, quel nobliau trop pressĂ© de paraĂ®tre fort, quel roi en quĂŞte de lĂ©gitimitĂ© avait bien eu l’idĂ©e saugrenue d’interdire l’archĂ©ologie ? LĂ , assis sur la paillasse de l’arrière boutique d’une Ă©choppe, au milieu d’un Ă©touffant brouillard parfumĂ© d’encens, il Ă©coutait les paroles d’une vieille chose fripĂ©e lui racontant un passĂ© improbable, maudissant l’absence de toute recherche lui permettant de se faire une opinion.

Lorsqu’on Ă©tait venu le rĂ©cupĂ©rer Ă  la limite de l’asphyxie sur la plateforme Ă©chouĂ©e, son premier ordre avait Ă©tĂ© de dĂ©crĂ©ter la Loi Martiale sur toute la planète. Les troufions sortirent de leurs confortables casernes pour Ă©tablir des check-points sur les grands axes et passer au peigne fin les candidats au voyage extra-planĂ©taire. On ressortit mĂŞme deux vieux croiseurs pour patrouiller en orbite et interdire tout vol non autorisĂ© au prĂ©alable. MalgrĂ© cela, Monsieur Heir, son Ă©lève Myan et le vieux chef Souriant demeuraient introuvables, sans doute protĂ©gĂ©s par les triades et terrĂ©s quelque part en attendant une accalmie. Mais Ralato n’allait pas la leur offrir. Fort d’un ordre de mission spĂ©cial signĂ© de la main mĂŞme du Contre-amiral PofĂ©us, il entreprit de frapper au coeur de la fourmilière : les trafics de nuage de miel et de Lithium de contrebande.

« J’adore quand tu fais ton justicier, mon grand Ralato. Tu as beau jouer les fachos de bas Ă©tages, c’est ce premier rĂ´le qui te convient le mieux ! »

Stuffy Ă©tait un ancien collègue, un ami avec lequel il s’Ă©tait dĂ©chirĂ©, tous deux ayant choisi un camp opposĂ©. Maintenant liĂ©s involontairement par l’esprit, les deux hommes avaient fini par se retrouver, faisant front commun face aux redoutables triades et Ă  Monsieur Heir, le mental membre du Conseil de la rĂ©volution et postulant au titre de chancelier suprĂŞme de MaterOne.

Ils avaient directement guidĂ© les perquisitions, les coups de main et les poses de scellĂ©s. De mĂ©moire de Souriant, jamais un tel ouragan ne s’Ă©tait dĂ©chainĂ© dans le cĹ“ur historique de leur communautĂ©. Les interrogatoires succĂ©daient aux arrestations et pour la première fois depuis bien longtemps, les gros et gras patrons de la pègre du Lithium prirent peur. Le lieutenant n’hĂ©sitait pas Ă  faire appel Ă  ses sondes mentales qui, dĂ©multipliĂ©es par les interventions de Stuffy, ne permettaient plus Ă  aucun secret de leur Ă©chapper, mĂŞme sous Boramol, la molĂ©cule anti-mentaux.

« Ouais, et c’est lĂ  qu’on a dĂ©couvert le premier pot aux roses : le coup des anciens tunnels abandonnĂ©s dans les rochers flottants. Ceci dit entre nous, ce n’Ă©tait pas bĂŞte du tout d’y dissimuler des marchandises ! Et lĂ  encore tu ne m’as pas Ă©coutĂ© : Monsieur a prĂ©fĂ©rĂ© la manière forte avec tambours et trompettes, histoire d’épater la galerie ! »

Stuffy, toujours Ă  intervenir avec ses remontrances de vieille mamie.

« Quand on voit l’accueil qu’on nous y a rĂ©servĂ©, c’Ă©tait mĂŞme insuffisant !  Tu te souviens des lance-flammes qu’on a dĂ» improviser pour en finir avec ces tarĂ©s ?! Pour protĂ©ger leur butin, ils avaient mis les plus fanatiques, leurs troupes d’Ă©lite.

  • Mais c’est qu’il y en avait pour des milliards lĂ -dedans ! Des kilomètres de galeries remplies de bidons de nuage de miel et de Lithium camouflĂ©s sous des appellations plus fantaisistes les unes que les autres.
  • Ha oui ! Tu te souviens de ceux rĂ©fĂ©rencĂ©s comme Or liquide ? C’est impossible qu’un quelconque douanier puisse laisser passer cela sans vĂ©rifier. On a bien une cascade de corrompus pour en arriver au consommateur final. C’est sur MaterOne qu’il faudrait frapper, une fois assainie la situation ici.
  • Oui, ben bon courage, on en est encore loin. Mais surtout, les dĂ©couvertes suivantes ont un peu effacĂ© tout le reste. »

 

Au plus profond des galeries du gigantesque rocher qu’ils venaient de prendre d’assaut, Ralato et ses hommes avaient dĂ©couvert un champ de Lamprasine, un des composants principaux du nuage de miel. Cette plante ne poussait que dans la nĂ©buleuse de Talbot, alors qu’eux-mĂŞmes ne pouvaient vivre sans porter de masque Ă  oxygène. Les surfaces solides Ă©tant ce quelles Ă©taient sur une gĂ©ante gazeuse, personne n’avait jamais rĂ©ussi Ă  comprendre d’oĂą elle pouvait provenir. Cette dĂ©couverte Ă©tait donc Ă  mettre dans les annales de la lutte anti-drogue.

«  Abrège. Il y avait bien plus Ă©tonnant que ce champ de plantes hallucinogènes lĂ -bas. Les traces d’excavations de ces tunnels plus grands que les autres, leur forme gĂ©nĂ©rale triangulaire et mĂŞme ces espèces de vasques destinĂ©es Ă  recueillir la liqueur de Lamprasine. Ce champ de Lamprasine Ă©tait très ancien.

  • Oui, bien trop ancien pour ĂŞtre contemporain Ă  l’arrivĂ©e des Souriants telle que l’Histoire nous l’enseigne. Et personne ne rĂ©pondait Ă  nos questions ! MĂŞme sous sonde mentale, tout le monde ignorait l’origine de ces galeries. L’analyse au Lithium 111 n’a, elle, donnĂ© qu’un rĂ©sultat approximatif.
  • Approximatif ?! Ralato, on a la preuve que ça a Ă©tĂ© creusĂ©, au moins, il y a plusieurs milliers d’annĂ©es, bien avant les cinq cents dernières qui avaient vu l’arrivĂ©e des colons ! Mais comme l’archĂ©ologie est opportunĂ©ment interdite, personne n’a jamais Ă©tĂ© s’inquiĂ©ter du problème. Jusqu’Ă  ce qu’on nous parle de ce petit vieux qui connaissait les lĂ©gendes. Et qui est devant nous.
  • Oui, jusqu’Ă  son histoire. Bon allez, de toutes façons c’est sa parole contre…
  • Contre rien ! Il ne reste aucune trace de quoique ce soit dans quelque archive que ce soit. Je ne crois pas aux coĂŻncidences : ça a Ă©tĂ© voulu tout cela, j’en mettrais ma main Ă  couper.
  • Tu n’en as plus je te rappelle. Allons-y, notre bataille n’est pas terminĂ©e. Je veux connaĂ®tre les circuits financiers pour ce lithium de contrebande, et nous ignorons toujours beaucoup de choses au sujet de Paul, de la valise qu’il a livrĂ©e et de l’implication des mutualistes dans cette histoire. Mon intuition me dit que Heir est au bout de ces rĂ©ponses. »

Le lieutenant se releva, salua le souriant et sortit de l’Ă©choppe. A peine passĂ© l’encadrement de la porte, deux adolescents shootĂ©s au Boramol se jetèrent sur lui armĂ©s de couteaux rituels, du mĂŞme genre que ceux qui avaient servis Ă  Ă©gorger les agents des affaires mentales, en banlieue de MaterOne Centrum. Ralato fut sans pitiĂ©, d’autant qu’il les avait repĂ©rĂ©s depuis un bon moment. Ă€ force d’en attenter Ă  sa vie, il en venait Ă  dĂ©velopper un ressentiment anti-souriant viscĂ©ral.

 

« On fait quoi du petit vieux ? »

Demanda Stuffy, une pointe d’angoisse dans la voix. MĂŞme si l’excitation du combat plaisait Ă  l’ancien agent des forces mentales de MaterOne, il n’Ă©tait pas un tueur de sang froid, contrairement Ă  Ralato.

« On le fera arrêter. Mais je veux le garder sous la main. »

Tranquillement le lieutenant reprit son chemin vers les vĂ©hicules militaires qui l’attendaient. A destination de son Ă©quipier involontaire, il ajouta une petite explication :

« Ce n’est pas tous les jours que quelqu’un raconte qu’il y aurait eu du monde avant nous sur MaterOne… »


Soutenez Reduniverse.fr

Prod: PodShows
RĂ©a: Raoolito
Relecture: Icaryon, Arthur R, Adastria
Narration: Andropovitch
Acteurs:
Luciole (Stuffy)
Raoolito (Ralato)
Compo: Ian
Montage: Tristeur

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Top