Red Universe: T1 Chapitre 17 Episode 4

Red Universe, ce sont aussi des livres numériques et des thèmes musicaux originaux ! Venez découvrir le site pour enrichir votre expérience de cette grande saga.

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮S’abonner

Les trapézistes se laissèrent descendre avec leur balançoire jusque sur la piste. Bras et jambes étirées, la courbe des corps tendues à l’extrême donnait l’illusion de deux flèches vivantes pointant vers le groupe d’animaux. À cette distance, on pouvait mieux les détailler : habillés en costumes à damier noir et blanc, leur apparence était proprement fantomatique, se perdant dans l’environnement général aux valeurs semblables. L’un portait un bonnet en pique tandis que celui de l’autre était étiré en largeur. C’était leur seule et unique différence, un peu comme si l’on avait voulu nous décrire des frères de race.

Un dernier détail : ils se repoussaient, ne s’appréciaient visiblement pas.

Dès qu’ils eurent touché le sol sablonneux, ils s’éloignèrent l’un de l’autre puis se jetèrent en direction des animaux, mais, ho surprise, il ne purent franchir la ligne tracée dans le sol. Par des gestes successifs mimés, ils simulèrent un mur invisible, une surface de verre infranchissable qui les empêchait de passer. De l’autre coté, les animaux étaient intrigués par ce manège et tentèrent également de traverser la frontière invisible. L’éléphant-melotte donnait des coups de tête pour forcer le passage, tandis qu’à coup de griffes acérées, le tigre rouge tentait de s’ouvrir une impossible brèche. Malgré leurs efforts, rien n’y faisait, le mur restait infranchissable.

Tout d’abord en plein ouvrage, les deux acrobates se figèrent, observant les animaux. Ils étaient littéralement en admiration, un peu comme si la force primaire des bêtes recelait une quelconque magie attractive. Aucun doute, les deux personnages en noir et blanc posaient en extase. Du moins, selon l’interprétation que l’on pouvait avoir du jeu de mime.

« AAAAiiii, RRRRRrraaaagaaaaééééé, OOOOOOOOO ! »

Hurla Monsieur Loyal, pointant de nouveau un doigt vers le plafond, faussement surpris. Il jeta même un clin d’oeil vers son public, ce qui fit battre des mains le Capitaine Majellone !

«  Hola ouii ! J’ado’e, enco’e, enco’e ! Ha, ha, ha ! »

Phil ne put s’empocher de croiser le regard de ses deux voisins. Les siècles passés avaient-ils entrainé une sorte de régression mentale chez le capitaine ?

« S’pèce de nabot va! Tu dev’ais suivre c’qu’y s’passe plutôt que d’m’insulter ! Rega’de donc la beauté et la g’ace.. LÀ-HAUT ! »

Grogna-t-il à l’intention du lieutenant, mais également à celle de tous les autres participants. Ne voulant visiblement plus perdre de temps avec eux, il se replongea dans le spectacle. Fabio se surprit à comparer l’expression de l’officier à de l’amour, et ce fût en dirigeant son attention vers la voute qu’il en saisit la raison.

Une nouvelle trapéziste entrait en lice, entourée d’un nuage de ruban et autres bandes soyeuses de tissus flottant dans l’éther environnant. Pas de doute sur sa féminité, ses formes généreuses étaient clairement mises en valeur, quitte à paraitre un peu vulgaire. Fabio sourit de nouveau en coin : alors capitaine, connaissez-vous donc cette jeune dame enveloppée ?

L’autre grogna mais ne quitta pas des yeux la nymphe. Ils formeraient un beau couple si c’était le cas, et cela expliquerait comment l’officier du Positron n’était pas devenu fou. Offrir un partenaire sentimental était utilisé depuis l’aube des temps pour garder une personne équilibrée et tranquille…

Magellone regarda sèchement le mental, ne perdant visiblement pas une miette des pensées du jeune homme. Mais il ne prononça pas un mot, rien qu’un nouveau grognement, puis se replongea dans l’admiration de la belle, dont le trapèze, descendu à quelques mètres de la piste, commençait à se balancer d’avant en arrière. Inversant sa position en se tenant par les jambes, elle tendit les bras vers le sol, une pose acrobatique célèbre chez ces artistes de cirque.

Tous les participants l’observèrent quelques secondes, puis les deux trapézistes au sol tendirent leurs mains, s’étirant le plus possible pour s’accrocher à celles en suspension au-dessus d’eux.

« Elle peut traverser la ligne de démarcation ! »

S’écria Phil. Le lieutenant commençait lui aussi à saisir le sens de ce qu’on leur montrait. Fabio ne fût d’ailleurs pas surpris de voir Monsieur Loyal se précipiter avec un balais disproportionné et donner de grands coups aux deux frères trapézistes, pour les empêcher de s’accrocher et les faire s’éloigner.

« Mmhhmm..mmm

Oui, le gardien du temple… »

Traduisit Fabio à l’intention du compagnon d’Adénor. Monsieur Loyal refusait le passage de la frontière, dans quelque sens que ce soit. De toutes façons, la « passeuse » n’était pas assez bas pour permettre aux deux frères de s’accrocher. Par contre les animaux étaient eux à bonne hauteur. L’éléphant-melotte en particulier. Pour soulever un poids pareil, on comprenait mieux pourquoi la nymphe trapéziste était si bien portante. Le grand animal aurait réellement pu être emporté de l’autre coté de la ligne, sans l’intervention in extremis de Loyal.

Il était bien seul, ce bonhomme avec son micro et son balais, s’époumonant à courir dans tous les sens au milieu de ce beau monde ne désirant visiblement qu’une chose : s’affranchir de ses règles.

Alors qu’il chassait les deux trapézistes, le tigre rouge sauta dans son dos et s’élança. D’une manière incroyable, la nymphe lui attrapa les pattes avants et l’animal réussit à passer de l’autre coté !

« Hooooo ! C’te fois c’est sé’ieux, regardez bien M’sieurdames ! »

À peine sur le sol, il fût entouré par les deux frères qui tournèrent autour de lui, dansèrent et gesticulèrent de joie quelques secondes, puis se chamaillèrent, se repoussèrent mutuellement. Visiblement aucun ne voulait laisser l’autre profiter du tigre.

C’était oublier l’impitoyable Monsieur Loyal…

« OOOEEEEEEEOOOOoooooouu AAAnteeeeezzzzzzz

Je ne crois pas qu’il aura le choix de rentrer, si tu l’exiges. Qu’as-tu donc dans ta manche, Loyal ?

Chhhttt !!! Mais taisez-vous ! C’est un g’and moment là ! »

Fabio ne réagit même pas à la réaction du capitaine. De toutes façons, il n’était pas stupide : la scène se rejouerait autant de fois que possible jusqu’à ce qu’ils la comprennent tous. Ses « amis » leur passait un message ou leur racontait quelque évènement très important sous la forme d’un spectacle de clown.

« HAAAAAAAyaaaaaaaaAAAAAAAAA !!!! »

hurla Monsieur Loyal et une grosse explosion de fumée, encore un artifice typique des cirques, se produisit aux pieds du tigre et des trapézistes. Dans une magistrale acrobatie, le tigre sauta en arrière et retomba sur ses pattes, de son coté de la ligne. Il rugit silencieusement, se lécha puis repris sa ronde, lançant un regard noir au maitre de cette ligne décidément infranchissable.

Phil se permit une conclusion de passage, l’air presque déçu :

« Ils ne sont pas prêts de passer. Le présentateur ne semble pas décider à tolérer quoique ce soit. Mais je ne comprend toujours pas la raison d’être de ce spectacle ?

Ça va veni’ gamin. Rega’de plutôt en coin, là-bas ! »

Dans la direction qu’indiquait Magellone, un nouvel arrivant pénétrait la piste. Un petit singe, avec cymbales et fez pendouillant .

 

Particularité : il se trouvait du coté des trapézistes, pas dans celui des animaux.

Soutenez Reduniverse.fr
Prod: PodShows
Réa: Raoulito
Relecture: Arthur R, Icarion
narration: Andropovitch
Rôles:
Phil: Lorendil
Fabio: Zylann
Adénor: Anna
Magellone: Raoulito
Mr Loyal: Angelus
Compo: Ian
Montage: Tristeur

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Top