Red Universe: T1 Chapitre 16 Episode 15

Red Universe, ce sont aussi des livres numériques et des thèmes musicaux originaux ! Venez découvrir le site pour enrichir votre expérience de cette grande saga.

Télécharger l’épisode Mp3⎮⎮S’abonner

Les Dieux… Ses pouvoirs, le fait que Magellone puisse l’atteindre directement. Même l’intérêt porté sur Phil Goud. Les pièces du puzzle s’emboitaient maintenant à la perfection. Ainsi, ils avaient la possibilité d’ouvrir un vortex de la taille d’un transporteur, au beau milieu de la Passe. Et ils l’attendaient depuis le début, s’étant sans doute éloignés pour mieux préparer leur rencontre.

Manipulé, voilà ce qu’il lui était arrivé depuis, qui sait, des semaines des années, toute sa vie ?

« Fabio ? »

Demanda Phil, inquiet du mutisme de leur ami. Il s’approchait pour lui poser une main sur l’épaule, quand celui-ci le retint d’un geste :

« Ce n’est pas la peine, j’ai compris. J’ignore sincèrement ce qui va arriver maintenant, mais sachez par avance que j’ai sans doute été le premier berné dans cette histoire.

Pas de sentimentalisme gamin, on s’ennuie…

Taisez-vous la relique. Vous n’êtes que leur homme de paille. SI VOUS VOULIEZ ME VOIR IL SUFFISAIT DE ME LE DEMANDER ! »

Hurla Fabio tout autour de lui, à destination du vide. Puis, sur une grimace trahissant sa colère rentrée, il se concentra. Ils voulaient une démonstration maximale ? D’accord, il allait la leur donner en faisant appel à tous les êtres se trouvant dans les parages. Normalement, cette action les faisait se rapprocher de lui pour recevoir une part de leur puissance psychique, comme tout Mental.

Mais pas aujourd’hui.

 

Adénor se glissa près de son amant, prenant une position plus souple malgré ses béquilles, en préparation à un improbable combat. Phil regardait tout autour de lui, n’en revenant pas.

De leurs yeux écarquillés, ils voyaient des millions de petits objets translucides apparaitre dans toutes les directions. Le blanc de l’univers se mouchetait de cuillères, de téléphones portables, de tournevis, de boites de conserves ou de fruits en surimpression. Où qu’ils regardaient, de sous leurs pieds à l’horizon, enfin là où il aurait dû se trouver, il n’y avait plus que ces petites choses mouvantes, tournoyant lentement autour du groupe comme une tempête en préparation.

 

Fabio se concentra encore, sachant pertinemment jusqu’où ils l’attendaient : il devait reproduire l’effort qui l’avait propulsé sur MaterOne pour sauver son frère, ils voulaient qu’il les aspire en lui tel un siphon.

Une ultime inspiration gonfla ses poumons, puis…

Fabio força peut-être plus encore qu’il ne l’eut jamais fait, laissant échapper un murmure de rage dans son effort de concentration. Le mouvement magnifique des centaines de millions d’êtres stoppa soudain. L’un après l’autre, d’abord lentement, puis de plus en plus vite jusqu’à devenir des flèches de lumières, ils se jetèrent tous les uns dans les autres, à l’exacte verticale d’un Fabio qu’on devinait livide malgré la visière. D’une manière incompréhensible, une sorte de puissant mouvement de l’air accompagnait celui de masse des êtres translucides. Adénor attrapa la main de son compagnon, tentant avec lui de contrer la force du courant.

Ils n’eurent pas à s’inquiéter longtemps, les dernières vagues d’objets vinrent percuter à leur tour leurs collègues et une ultime tasse à café fût absorbée. À la verticale de Fabio, ne subsistait plus qu’une forme mouvante, d’un noir insondable, semblant se chercher. Unique rescapée des innombrables individus.

 

Pris d’un vertige, Fabio relâcha soudain la pression et s’écroula sur ses genoux, tandis que Phil se précipitait pour le soutenir, suivi d’Adénor. La jeune femme ne quittait pas des yeux la sorte de clef à molette noire boursouflée, dernier avatar de la chose flottant au-dessus d’eux.

Magellone se rapprocha enfin et, d’une manière étonnamment paternelle, adressa quelques mots de soutien au mental blond. Sa voix dissimulait mal l’empreinte d’un profond respect. La démonstration l’avait visiblement marqué.

Fabio ne lui répondit pas directement, se contentant de venir aux nouvelles, d’une voix affaiblie.

« Ça… ça y est ? Ils… ils ont eu ce qu’ils… voulaient ?

On ne sait pas. Il y a une… clef à molette boursoufflée et noire qui vole au-dessus de nous, maintenant.

Une clef… boursoufflée ?! »

 

Alors qu’il prononçait ces mots, un cône de lumière noire jaillit de la clef à molette, visant une zone à quelques mètres devant eux. Etrangement, on voyait se dessiner une sorte d’arche multicolore dans le noir de la lumière.

« Mmhhmm !

Mais non m’dame, vous craignez ‘ien. Pouvez enlever vos casques, au fait. Et pi restez pas d’bout, moi en tous cas, je m’assois, hein ? »

Et joignant le geste à la parole, il fit pivoter son casque d’un cran, le libérant de sa charnière. Il l’enleva, tout en abaissant son imposant derrière sur ce qu’on pouvait penser être du vide. Mais non, les grosses fesses rencontrèrent une surface dure.

« Ce… ce monde est en négatif. Phil, Adénor… Regardez mieux autour de vous… Ces… ces liserés noirs, ces reliefs un peu partout. Le noir est la lumière, et le blanc l’obscurité.

Donc la clef à molette c’est un projecteur et, cette arche…

…L’entrée principale, je dirais »

 

Une musique hurla alors de toutes parts. C’était un orgue de barbarie, célèbre pour ses représentations dans les cirques.

Adénor croisa le regard de Phil, puis l’entrée sous l’arche. D’un commun accord, ils dévissèrent à leur tour leurs casques et aidèrent Fabio avec le sien. Devant l’impatience du Capitaine Magellone, ils se posèrent également, rencontrant, en effet, comme un banc au dessin courbé, destiné à un public sur une estrade.

 

« GNNNNNNIIIIIIIII YAAAAAAAAA !! »

Dans un cri de fureur, une sorte de Monsieur Loyal, bonnet noir et blanc, maquillage, micro et costume en queue de pie impeccable, surgit de dessous l’arche.

Il parcouru en sautillant toute une distance traçant un cercle, comme une piste telle qu’on peut en rencontrer dans les spectacles de cirque. Le projecteur de lumière noire le suivait, permettant de mieux prendre conscience de la disposition des lieux, même si l’effet négatif n’était pas aisé à assimiler.

Puis, revenu au milieu de la piste, Monsieur Loyal prit une grande inspiration et porta son micro à sa bouche en hurlant:

 

« MMOONSIGNIGNIGNIyaaaaouuuuUUUUUUUUUUUUUU !! »

 

Phil se tourna vers Fabio mais l’autre lui répondit avant qu’il ait put ouvrir la bouche :

« Je pense qu’il nous salue. Le Spectacle… va commencer. »

 

 

FIN DU CHAPITRE 16

Soutenez Reduniverse.fr
Prod: PodShows
Réa: Raoulito
Relecture: Arthur R, Icarion
Narration: Coupie
Rôles:
Zylann : Fabio Ouli
Raoulito : Capitaine Magellone
Lorendil : Phil Goud
Anna : Adénor
Compo: Ian
Montage: Ackim

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Top